Abia Dasein

Abia Dasein



Écouter Madredeus à Casablanca, le vent de face, le long de la mer, le nez pointé sur l'horizon, penser à ici demain, penser au monde, penser à un ami italien qui vit à Lisbonne, recevoir un message laconique et amer d'un autre ami, brésilien lui : le gouvernement Bolsonaro célèbre le coup d'État du 31 mars 1964, le début de la dictature, lire que Verona, la ville de Roméo et Juliette a accueilli le congrès mondial des rétrogrades, des enculés à vrai dire, da da da da, se dire que le monde ne changera sans doute jamais, de la nécessité de replonger dans les mots de Pasolini, je pleure un monde mort. Mais moi qui le pleure je ne suis pas mort… de Pessoa, certaines métaphores sont plus réelles que les gens qu'on voit marcher dans la rue... dans les miens aussi, dans ma vision de l'amour, mon ironie. Les vagues gonflent, le fado couvre les odeurs de la mer, se souvenir du rêve d'hier dans lequel j'étais emporté par un courant chaud, j'observe des enfants dans des petites voitures heureux de tourner en rond, heureux de tourner en rond,... j'adore le Tage mais le Tage ne traverse pas cette ville, .... je m'arrête ici, d'un coup je me dis que ce serait un excellent début de portrait onirique. ...  à moins que tout cela ne soit qu'un rêve justement, un de ceux qui nous rappellent que la vie n'est qu'illusion.

Une jeune femme, les pieds nus sur le sable, s'approche de moi, elle me dit qu'elle cherche son chemin, qu'elle ne retrouve plus sa maison ni son compagnon. Derrière Abia Dasein, une mouette se pose sur un rocher, se fige et contemple l'estuaire; bouche béante qui ingurgite, sans mâcher, cargos, ferries et autres vaisseaux portuaires. Elle me raconte qu'un matin elle avait trouvé sa maison dans un désordre innomable, tel qu'à un lendemain de fête, une nuit arrosée de musique électro, que son chez soi avait été transformé, que des tuyaux bizarres de toutes tailles sortaient des murs, c'était d'une laideur sans nom, me dit-elle. Elle ajoute qu'elle avait été contrariée par le fait que personne ne l'ait avertie de la pose de ces tuyaux au préalable. Je l'observe d'un regard bienveillant, je veux dire de ce regard sans sourire mais avec lucidité, le sourire assis entre deux coeurs, la lucidité des bons jours. Mon compagnon est musicien, il doit faire un concert avec son groupe ce soir dans le salon de la maison, mais comment faire ? Il est introuvabe, ces tuyaux, … je suis perdue. Pourriez-vous m'aider, Patrick Lowie ? J'ai tellement peur qu'il soit parti pour toujours. Je lui pose quelques questions usuelles pour une disparition : son âge, ses caractéristiques physiques, quand a-t-il été vu pour la dernière fois,… avait-il un lieu de préférence où il pourrait trouver un peu de sérénité… elle me parle d'un lac pas très éloigné.

Nous sortons des sentiers battus, nous plongeons dans une forêt tropicale, nous nous parlons en silence, les animaux nous surveillent d'un coin de l'oeil, tout devient pénombre. Moi aussi je ressens des absences, des tuyaux en polyester servent de lianes, des robots coupent des ombres mal dessinées. On arrive au lac, où on retrouve le musicien et son groupe, ils boivent des litres de bière. Ils n'ont l'air de se soucier de rien, pas même du concert. Abia est soulagée, elle se remet à écrire des poèmes après seize ans d'abstinence poétique, elle revoit la mouette se poser sur un autre rocher. Ils retournent vers la maison, je reste au coeur de la forêt, je pense à elle, à ses mots, je suis sûr qu'elle va retrouver sa maison, plus grande, plus sombre et rangée, mais elle va préférer celle avec les tuyaux.

Le vent me frappe de profil, le nez pointé vers le haut, penser à maintenant. Penser au monde qui se transforme en une grande maison sans âme. La mouette rieuse émet de longs glapissements et des sortes de jappements courts et répétés, elle prend son envol, passe au-dessus de moi et me canarde de ses fientes. Je prends mes jambes à mon cou et l'oiseau moqueur me poursuit en criant : imposteur ! Imposteur !


Qui est Abia Dasein ?
Abia Dasein est professeur d'anglais et traductrice. Elle a commencé à écrire de la poésie pendant son adolescence puis a connu une période d'abstinence textuelle de 16 ans. Depuis quatre ans, elle renoue avec ses premières amours, disséminant sa poésie en français et en anglais dans des revues papier et en ligne (Lichen, Karbone, Selah), des anthologies contemporaines de haïku (ed. Pippa, Envolume, Graines de Vent), sur des galets qu'elle nomme #Haïkaillou, ainsi que lors de scènes de slam poésie. Son premier recueil comportant 40 poèmes est en recherche active d'une maison d'édition!



Voir en ligne : Facebook

Photo crédit : Marj.

Erreurs de syntaxe, d'orthographe ou coquilles... faites-nous part de vos remarques à 
info@next-f9.com

© Patrick Lowie / créé par Yenaky / Tous droits réservés / Design: HTML5 UP