MoncorgéM

Martine Moncorge



Dolfi Trost, poète surréaliste roumain, fondateur en 1941 du groupe des surréalistes de Bucarest, racontait que certains rêves sont des analyses de rêves précédents. S'il nous est permis de le croire, on peut aisément imaginer une kyrielle de rêves qui analysent successivement les précédents, créant un jeu onirique de miroirs concaves, de rêves qui s'emboîtent, de personnages oniriques qui trébuchent.

Dans ce rêve, je marche coincé comme un robot dans une usine désaffectée, je lève les yeux, à travers d'immenses trous dans la toiture j'observe les nuages qui se forment et se reforment. J'avais mis une bonne demi-heure avant d'arriver au coeur de la machine, traçant à travers une friche industrielle pas encore dépolluée ni recyclée, une chanson de Patti Smith, People Have the Power, en boucle dans les oreilles. J'essayais tant bien que mal d'identifier les signes du passage des animaux, humains compris, empreintes en tous genres, évaluer l'émotion au coeur du néant. La plasticienne MoncorgéM est assise sur des escaliers arc-en-ciel – un peu comme aux grottes de Batu en Malaisie – je m'approche mais je suis incapable de lire sur son visage. J'entends sa voix qui parle à quelqu'un d'autre, quelqu'un que je ne vois pas. MoncorgéM porte un masque et graff un mur en mauvais état, abîmé par l'acide, je lève à nouveau la tête, le ciel tombe en lambeau, il neige subitement. J'entends la voix d'un jeune homme qui me dit : nous aurions pu nous rencontrer à Mapuetos, cet endroit ici n'est pas digne de nous, je viens de lire “Just Kids”, nous aussi nous avons commencé comme une histoire d'amour et avons fini comme une élégie. D'un seul coup, sans prévenir, MoncorgéM se lève et prend ses jambes à son cou, on entend des cris, je la suis dans la course. Tout est noir d'un coup, comme si j'avançais les yeux fermés, elle courait les yeux fermés. Margueritte D. sa Remington sur les genoux nous observe, Gérard D. sur sa Münch Mammut M. contemple la scène. MoncorgéM semble toujours ne pas me voir, je hurle : arrêtez-vous, je vous en supplie, je suis Patrick Lowie, j'étudie l'art et les rêves, l'art dans les rêves,… m'entendez-vous ? Faites-moi un signe ! Clignez des yeux si vous m'entendez. Elle me cligne des yeux. Un échange surréaliste s'opère, peut-être est-ce à propos de La mer écrite ou de La maladie de la mort ? Elle enlève son masque et me dit : vous souvenez-vous ? …. De la bouche entrouverte une respiration sort, revient, se retire, revient encore. La machine de chair est prodigieusement exacte. On reprend son soufle, la course presque désespérée, les murs longés, la neige puis la canicule, tout change si vite désormais. À l'intersection de deux pans de murs, Yoko O. enfonce des clous dans le vide, elle recherche la musicalité de l'œuvre d'art. Tout s'enchaîne plus vite encore, des orages transpercent des silhouettes, Niki D.ST.P. tire sur la violence du monde, les murs vomissent de la couleur pure, Yves K. repeint le sol en bleu, il crie : le ciel partout ! MoncorgéM enlève à nouveau son masque, et me dit : Martin Luther K. say : " I have a dream " and John L. : say " Imagine ".

La course fut interminable. Il me semble que nous avons couru une vingtaine de kilomètres, plusieurs fois le tour du bâtiment qui ruminait depuis quelques minutes, l'usine prenait des airs d'animal blessé, violenté, de monstre humilié. Au ralenti, tout devient oppressant, sur un escalier métallique sont assis, en cascade, Pablo P. et Jean-Paul G. revêtu de leurs marinières, Alberto G. dans son grand manteau élimé, Harvey M. enroulé dans un drapeau arc-en-ciel, Keith H. arbore un tee shirt bleu IKB floqué d'une de ses œuvres, Jean Michel B. costumé et immaculé de peinture..... Une voix, à la tessiture vocale extraordinaire, nous envahit avec force, l'hologramme de Freddie M. se meut, nous vivons tous dans le même espace temps... Puis, un silence. Barbara B. La dame en noire est là, éclairée violement par une poursuite, ses mains, son souffle... L'expiration des mots... Cette course effrénée reprends, des escaliers, un labyrinthe, des couloirs, une forte accélération, puis, un sursaut...

Je me réveille, l'odeur de peinture dans les sinus, les yeux picotent, brûlent presque. Je me demande si ce rêve analyse mes rêves précédents, j'ouvre les yeux, je vois des palmiers, j'entends la mer, où suis-je ?


Qui est MoncorgéM ?
MONCORGEM. PLASTICIENNE.
Formation: Maîtrise c2 et Licence d’Arts Plastiques. Université de Paris 1, PanthéonSorbonne. DEUG Arts Plastiques. Mention Lettres et Arts. Université de ClermontFerrand . Ecole des Beaux- Arts de Clermont- Ferrand. Brevet de technicien en Arts Appliques. Option : Verrerie Cristallerie. Académie de Clermont-Ferrand. Professeure d'Arts Appliqués et d'histoire de l'Art.

Mes productions artistiques sont toutes déclinées en série, et ont toutes pour point d'ancrage, une réflexion autour de problématiques sociétales. Je vous invite dans mon univers où la violence, le communautarisme, les extrémismes, l'obscurantisme, et plus généralement, toutes formes de pensée unique, sont dénoncées. J'ai créé le concept de "Barbiemétrie" en 2016, réalisée à la bombe, la trace de la poupée Barbie, archétype même d'un certain idéal du beau, se dévoile dans son unicité, sa multiplicité, comme un rituel, un exorcisme, face à la construction sociale et culturelle de notre système binaire. La poupée Barbie est aussi l'empreinte d'une société consumériste qui enferme par des dogmes, nos libertés individuelles. Dans mon travail, l'image et le texte se complètent, se confrontent. Le titre de l'œuvre apporte une information fondamentale pour entrer en interaction avec elle.
Quelques soient les techniques, les supports employés, j'invite le spectateuracteur à s'interroger sur la condition humaine dans nos sociétés contemporaines.

Mes dernières expositions et projets :
GALERIE LE LAVO//MATIK ARTS URBAIN. Décembre2018/ Janvier 2019. PARIS.
“UNIVERS DE L’ART URBAIN”. Décembre2018/ Janvier 2019. MOULINS.
“WAKE UP”. Mars/ Avril 2018. YZEURE.
BARBIEMETRIE, DAVID AND CO…” Juin 2018. MARSEILLE.
BIENNALE D’ART CONTEMPORAIN DE LYON. "MONDES FLOTTANTS". Performance. Décembre2017. LYON.
“STREET ART FIGHT AIDS PARIS WEEK”. ACT UP-PARIS WALLS AND RIGHTS. Décembre 2017. PARIS.
LIVE PAINTING “L’ AÉROSOL”. Juillet 2017. PARIS.
“BARBIMETRIE MEETS…..” Performances 2017. PARIS-BILBAO.
“WAKE UP BARBIEMETRIE AND CO”. Room 19. l’HOTEL 128. LURCY- LEVIS.



Voir en ligne :
https://www.moncorgem.com
Photo crédit :

Erreurs de syntaxe, d'orthographe ou coquilles... faites-nous part de vos remarques à 
info@next-f9.com

© Patrick Lowie / créé par Yenaky / Tous droits réservés / Design: HTML5 UP